Je te promets

Il s’en vont.  Jean d’Ormesson et Johnny quittent les scènes de leurs vies.

Tous deux sont connus de nous tous, sans vraiment, en tout cas pour mon cas, vraiment les connaître.  J’ai écouté une archive de Jean d’Ormesson, il y racontait son arrivée à l’écriture.  Il y était déjà plus vieux, 30. Il avait hésité, il avait lu , comme tous il disait, les classiques mais la peur le retenait de se poser sur une la feuille blanche.  Et voici ce qu’à ouvert son esprit, fait fuire la peur… Un choc sentimental.

Il écrivait animait, me semble-t-il d’un bonheurisme, mais je ne suis pas une de ses lectrices fidèles. Tout comme pour Johnny je ne saurais chanter une chanson entière, je ne suis pas non plus une fidèle, ni une fan.

L’émotion viscérale nationale provoquée par le départ de Johnny est une bouffée d’antidépresseurs en pagaille.  Le bonheur de passer une journée sous ses chansons, partout, sous la douche, dans les magasins, dans la rue, une évidence… nous avons vraiment tous quelque chose de Johnny, même les moins chantants.

Il nous ont rien promis, Jean et Johnny, et pourtant ils nous laissent un magnifique héritage à lire ou relire, à chanter ou à écouter.

Laisser un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.